Interview - L'homme Fée

Les Fées Stival se sont penchées sur l’automne !

Les festivals, à La Rochelle ce n’est pas qu’un concept estival...

découvrir

Sons La fée tarde

Rencontre francofolle du 15 juillet

Delphine de Vigan et La Grande Sophie, l’interview que je voulais par-dessus tout.

lire l'article

Sons La fée tarde

Rencontre francofolle du 13 juillet

Je suis impressionnée car je vais interviewer Dick Annegarn...

lire l'article

Sons La fée tarde

Rencontre francofolle du 15 juillet, bis

Le soir où tous les parents des petits Rochelais se sont retrouvés avachis sur le gazon artificiel des Francos.

lire l'article

Interview - L'homme Fée

Mai-juin 2017

Florilège de sorties dans lieux choisis.

découvrir

Sons La fée tarde

La fée des rencontres

Coups de coeur de l'année

découvrir

Interview - L'homme Fée

Le Chantier des Francos fée accélérer le talent !

Premier concert du cru 2017 vendredi 27/01 à 20h30.

découvrir

Sons La fée tarde

Soirée Cristal#3 : Scotch & Sofa le 2 décembre

Album "Ailleurs", concert à 20h30 au Carré Amelot en collaboration avec Cristal Production.

découvrir

Sons La fée tarde

Jean du Voyage

Nouvel album Mantra, sortie le 21 octobre (Jarring Effects)

découvrir

La Fée - mai 2016

Interview - L'homme Fée

Pro-fée-ssion Animateur !

Les gars du Collectif des Associations de VLS.

lire l'article

Sons La fée tarde

L'appel du 18 juin

Fée-te la Saint-Jean à Villeneuve-les-Salines !

découvrir

Sons La fée tarde

Chantier des Francos : Jackie Palmer

Un charme magnético-rock...

lire l'article

La Fée - mai 2016

Edito

La Fée de mai

découvrir

Sons La fée tarde

Talents actuels

En mai, fée le plein de scènes nouvelles...

découvrir

Interview - L'homme Fée

En mai

On vous fée bosser !

découvrir

La Fée - avril 2016

Edito

La Fée d'avril

découvrir

Corvées : La Fée Néante

By Pauline, aide au rangement

Un réseau de fées du logis !

découvrir

Sons La fée tarde

Deluxe à La Sirène

C'est le 27 avril, la fée a pris sa place les yeux fermés...

découvrir

Interview - L'homme Fée

En avril

Joue-la tranquille !

découvrir

La Fée - Mars 2016

Edito

La Fée de mars

découvrir

Sons La fée tarde

Louise (r')Attaque !

La Sirène nous fée vivre des soirées belles...

lire l'article

Interview - L'homme Fée

En mars

Printemps prodigue !

découvrir

La Fée - Janvier 2016

Edito

La Fée de janvier

découvrir

Interview - L'homme Fée

En janvier

Pas de quoi hiberner !

découvrir

La Fée - Decembre 2015

Edito

La Fée de décembre

découvrir

Interview - L'homme Fée

En décembre

Fée des heureux !

découvrir

La Fée - Novembre 2015

Edito

La Fée de novembre

découvrir

Interview - L'homme Fée

En novembre

Fée-toi plaisir !

découvrir

La Fée - Septembre 2015

Edito

La Fée de septembre

découvrir

Sons La fée tarde

Chantier des Francos : ROBI

La fée s’y fie !

lire l'article

Corvées : La Fée Néante

Trucs et astuces appris en vacances…

La fée ne s'est pas ménagée cet été !

lire l'article

Interview - L'homme Fée

En septembre

Fée bon rentrer !

découvrir

Interview - L'homme Fée

L'homme-fée

­Max nous fée monter au ciel.

lire l'article

La Fée - Juillet 2015

Edito

La Fée de juillet

découvrir

Interview - L'homme Fée

En juillet

Fée des folies !!!

découvrir

Interview - L'homme Fée

L'homme-fée

Chez Etienne, tout est bon !

lire l'article

Sons La fée tarde

V'Laleubal

Vendredi 3 juillet 18h/2h, parc de Laleu

lire l'article

La Fée - Juin 2015

Edito

La Fée des p'tits changements !

découvrir

Sons La fée tarde

Sexy dandy

Lewis Evans, un Angliche aux Francofolies

lire l'article

Interview - L'homme Fée

En juin

Fée gaffe au soleil

découvrir

 

Rencontre francofolle du 15 juillet

Delphine de Vigan et La Grande Sophie, l’interview que je voulais par-dessus tout.

 

PHOTOS PASCAL BERNARD                
Texte elisabeth schwartz

Comme quoi on apprend tous les jours. Pour moi, qui dit interview en presse écrite dit systématiquement photos de l’artiste. Quelle ne fut pas ma déconvenue quand Delphine et Sophie s’en défendirent : « Ce n’était pas prévu ! ». Argh. Moi qui avais acheté une deuxième baguette magique chez mon fournisseur officiel pour une battle de baguettes. Double argh. La Grande Sophie est ferme sur sa position mais toute désolée quand même, elle a l’air vraiment gentille. Delphine de Vigan est très posée, plus froide, mon dieu je sens que ma poignée de main moite lui a déplu mais il fée si chaud. Allez je ne perds plus de temps, je me lance.

L'une et l'autre

Elles travaillent l’une et l’autre à leur huitième album et à leur huitième roman. D’ailleurs, grande classe, le dernier de Delphine de Vigan, D’après une histoire vraie a été adapté au ciné par Polanski (sortie le 1er novembre 2017). Elles sont toutes deux des artistes accomplies, célèbres. Comment vivent-elles leur vie de « femme normale » ?
Delphine : Je ne me vis pas comme quelqu’un de célèbre. Pour moi les célébrités aujourd’hui ce sont les stars de la télé-réalité. La célébrité, c’est très relatif. On vit de nos passions toutes les deux, c’est une chance.
Sophie : Une chance dont on se rend compte, vivre du métier que l’on a choisi ! Je ne m’interdis rien. Mon éducation s’est faite sur le principe : il faut que tu fasses ce que tu aimes. Et ma mère ajoutait : il faut que tu sois libre et indépendante ! Si plus de gens faisaient ce qu’ils souhaitent, il y aurait moins de problèmes.

Vous vous connaissez depuis 2013, peut-on parler de coup de foudre amical ?
Delphine : Oui, un coup de foudre inattendu. Car c’est une chose d’aimer le travail de l’autre, cela ne signifie pas forcément que ça marche dans l’intimité, ou que ce soit réciproque. Or c’est le cas.
Sophie : On partage beaucoup. Sauf mon humour potache auquel Delphine n’adhère pas. Mais je tente quand même tous les jours...

J’ai lu que vous alliez à la gym ensemble par exemple. Vous êtes dans un genre de rapport exclusif ?
Delphine : La gym, de bonnes résolutions tombées à l’eau ! Au quotidien, on ne se voit pas tant que ça. On sait que cette exclu on l’a sur les routes.
Sophie : Des trains, des avions, on a du temps pour discuter. Le reste de l’année, on se donne régulièrement des nouvelles.

«Si plus de gens faisaient ce qu'ils aiment, il y aurait moins de problèmes.»

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

On me fée signe, il me reste 2 minutes. Moi qui rêverais de leur poser des pages de questions pendant des heures...

L’une et l’autre, votre spectacle en duo, c’était dès le départ une collaboration destinée à tourner ?
Delphine : C’est dans le cadre du festival Tandem de Nevers que l’on propose aux écrivains d’inviter des artistes de leur choix, musicien, chorégraphe, sculpteur… J’ai tout de suite pensé à La Grande Sophie. Je ne savais pas à quel point c’était la bonne pioche ! C’était censé être joué une seule fois, et j’ai été surprise du gros investissement de Sophie dans cette perspective. Elle s’est rendue très disponible, on s’est beaucoup vues. Quand on a joué, il s’est vraiment passé quelque chose. Entre nous, et avec le public, qui était très ému.
Sophie : Pourtant, c’était un spectacle encore fragile, on l’avait travaillé dans ma chambre ! Puis le bouche-à-oreilles a fait son œuvre, sans promo, on nous a proposé de le rejouer, de le travailler pour le rendre plus vivant avec un scénographe, Eric Soyer.

Et qu’est-ce que ce spectacle vous apporte ? Car vous Sophie au niveau des mots vous êtes parée, et vous Delphine, pour un écrivain, être ainsi dans la lumière ça le fée ?
Delphine : Être sur scène, c’est un stress bien sûr mais surtout un plaisir, et l’expérience unique d’entendre l’impact de ses mots sur ses lecteurs auditeurs. Je me relis souvent à voix haute, cela fait partie de ma méthode de travail, donc ce n’est pas inhabituel pour moi.
Sophie : J’ai appris le silence et à poser mon corps, sans rien faire, ce qui est très difficile pour moi ! Le fait d’être sur scène avec Delphine, c’est aussi une complicité féminine, une joie rare car les musiciens qui m’accompagnent sont souvent des hommes. On partage la loge, le moment maquillage…

Que retenez-vous l’une de l’autre ?
Elles répondent presque en chœur : « La fantaisie ! »
Sophie : En lisant ses romans, je m’imaginais Delphine plus sombre, alors qu’elle est très joyeuse ! 
Delphine : J’ai découvert une partenaire de premier choix pour des délires.

Si l’écriture de l’une et la musique de l’autre étaient vos baguettes magiques, vous souhaiteriez quel ef-fée ?
Sophie : Procurer un frisson, une émotion, que ça atteigne dans le corps.
Delphine : Exactement pareil, faire bouger les lignes, et parfois déranger.
Sophie : La magie, c’est d’assumer nos imperfections !

Elles sont déjà debout, elles se produisent un peu plus d’une heure après au théâtre Verdière.

C’est un joli spectacle, posé, doux, qui résonne. Entendre la grande Sophie me donne envie de réécouter ses albums, et la lecture de Delphine de Vigan me transporte comme lorsque je plonge dans un de ses romans. Les histoires racontées par les deux femmes se font écho, la mise en scène est simple mais structurée, c’est rassurant et cela permet de se laisser bouleverser. Lorsque Delphine commence une phrase par « Est-ce que vous m’aimerez toujours… ? », une voix d’enfant dans le public la coupe : « Ouiii !!! »